Scénario de vie | Quel est le vôtre ?

Scénario de vie | Quel est le vôtre ?

Vous trouvez que votre vie n’est pas à la hauteur de vos espérances ? Vous avez le sentiment que vous renouvelez sans cesse les mêmes erreurs ? Il est tout à fait possible que vous soyez englué dans un scénario de vie qui vous maintient prisonnier dans un enclos au sein duquel vous tournez sans cesse, sans en trouver l’issue et parfois même sans le désir de la chercher.

Avant d’aborder la meilleure méthode pour se sortir d’un scénario de vie qui vous contraint à une existence inconfortable, il est important de comprendre comment vous en êtes arrivé là.

Qu’est-ce qu’un scénario de vie ?

C’est exactement comme dans un film ou dans une pièce de théâtre où les acteurs ont un script qu’ils doivent suivre scrupuleusement. Ils ont un rôle de gentil ou de méchant, leur vie est épanouissante ou sans joie. Pour chacun d’entre nous, si le script n’a pas été écrit par un auteur, il s’est formé petit à petit pendant toute notre enfance. Il dépend donc beaucoup de nos premières expériences et de la manière dont nos parents et nos différents éducateurs nous ont donné des directives pour que notre comportement réponde à ce qu’ils attendent de nous.

Si vous avez eu des parents plutôt permissifs, ouverts aux autres et peu enclins aux pensées négatives, il y a de fortes chances que vous ayez été élevé avec une vision positive du monde. Vous êtes conditionné pour aborder votre existence avec un potentiel de joie. À l’inverse, si vos parents étaient plutôt rigoristes et enclins à donner de l’importance aux stéréotypes et aux préjugés, ils ont laissé peu d’espace à votre pensée critique. Une telle éducation conduit à montrer à ses enfants une vision du monde étriquée et peu propice au bonheur et à la réussite.

Les scénarios de vie

Selon Éric Berne, le père de l’Analyse Transactionnelle, trois scénarios de vie sont possibles : le scénario gagnant, le scénario perdant et le scénario non perdant/non gagnant.

Selon le type d’injonctions parentales qui ont bercé ses premières années et qui lui ont inculqué des règles de conduite, chaque enfant vit ses premières expériences dans la vie. Petit à petit se construit inconsciemment un de ces scénarios de vie. L’enfant apprend par imitation et c’est ainsi qu’il modélise les savoir-faire de ses parents. Sauf s’il est un incorrigible rebelle, il va s’installer dans le même scénario de vie que ses parents. Il est en quelque sorte programmé pour aborder la vie avec certaines croyances sur lui-même et sur les autres.

Certaines personnes considèrent chaque événement difficile comme un drame. Il est alors fort probable que leurs enfants entament leur vie avec défiance. D’autres parents veillent à toujours dédramatiser les situations, sans pour autant cacher à leurs enfants les difficultés qu’ils traversent. Il y a de grandes chances que ces derniers reproduisent ce comportement lorsqu’ils seront à leur tour confrontés aux aléas de la vie.

Il en est de même pour les objectifs que chaque individu se fixe. S’ils sont ambitieux, c’est parce qu’ils ont reçu une éducation axée sur le fait que la vie réserve de bonnes surprises à ceux qui osent. Ils pousseront plus naturellement les portes de leur destin. Par contre, si la vie leur a été présentée comme la source de toutes les déceptions, ils n’auront pas le même enthousiasme à l’aube de leur entrée dans la vie adulte.

Le scénario gagnant

Bonheur et réussiteC’est bien évidemment le meilleur, car c’est celui qui permet à chaque individu d’atteindre les objectifs qu’il s’est fixés. Il est ainsi capable de mettre en œuvre tous les moyens qui vont lui permettre d’y parvenir. Quelles que soient les injonctions parentales qu’il a entendues dans son enfance, il en a retiré le côté positif et il en a tiré le meilleur parti.

« Sois parfait » a fait de lui un être organisé, précis et consciencieux, sans pour autant viser en permanence la perfection. Il a très vite abandonné l’exigence de ne jamais se tromper et il est toujours prêt à rectifier ses erreurs. Ainsi, les échecs ne mettent pas en péril son estime de soi. Il ne dépense pas son énergie en voulant tout vérifier, il sait déléguer, car il accorde sa confiance aux autres, tout en restant vigilant.

« Sois fort » lui a permis d’acquérir suffisamment de résistance et de ténacité pour aller au bout des choses, tout en étant capable de renoncer s’il s’aperçoit que l’enjeu n’en vaut pas la chandelle. S’il renonce à un projet, il ne considèrera pas cet arrêt comme un signe de faiblesse, mais plutôt comme de la clairvoyance. Il est capable de gérer le stress inhérent à certaines situations et de dominer ses émotions, ce qui favorise sa réflexion et sa prise de décision. Il est capable d’identifier ses faiblesses et celles des autres, de les comprendre et de les accepter.

« Fais des efforts » lui a donné la motivation pour persévérer dans ce qu’il entreprend. Il a acquis la capacité d’être un véritable fédérateur dans une équipe, car son énergie communique aux autres le désir de le suivre dans ses projets.

« Dépêche-toi » lui a forgé une exceptionnelle résistance au stress, ce qui lui permet de garder son sang froid en toutes circonstances et d’être en mesure de réfléchir même dans les situations d’urgence. Il est ainsi capable de réagir vite, mais sans confondre vitesse et précipitation. Il est habitué à travailler rapidement, ce qui lui permet d’exécuter un grand nombre de tâches dans une journée.

« Fais plaisir » l’a rendu très adaptable et il est capable de s’entendre avec la plupart des gens. Il est souvent la personne qui met de l’huile dans les rouages d’une équipe pour qu’une bonne ambiance règne et que chacun s’y sente bien.

Le scénario perdant

Tristesse et échecVous vous doutez bien que dans ce cas, la résistance aux injonctions parentales a été moindre et que le sujet a continué à respecter à la lettre toutes les consignes qui ont bercé son enfance. Il n’a conservé que le côté négatif des injonctions parentales. Il fait partie de ceux qui pensent que leurs échecs sont uniquement dus au fait qu’ils n’ont pas de chance. Il ne se rend pas compte qu’il se met souvent dans des situations impossibles. Il n’a jamais de plan B, contrairement à celui qui vit dans un scénario gagnant et qui sait déjà ce qu’il fera si le plan A échoue.

Le scénario non gagnant/non perdant

Pas d'échec mais pas de réussiteC’est un scénario de vie banale où le sujet se contente de ce qu’il a en se disant que cela pourrait être pire. Sa maxime est « savoir se contenter de peu ». Il travaille consciencieusement, mais uniquement avec l’objectif de se maintenir à flot, mais jamais celui de gagner. En somme, pour lui ne pas perdre, c’est déjà gagner.

Comment savoir dans quel scénario de vie je me trouve ?

Je pense qu’à la lecture des rapides descriptions ci-dessus, vous devez déjà en avoir une bonne idée. D’ailleurs, si vous êtes dans un scénario gagnant, il y a peu de chances que vous soyez venu lire les articles de ce blog. Vous savez déjà et depuis votre plus jeune âge comment gérer votre stress et prendre les bonnes décisions. Vous avez certainement déjà engrangé les succès et il ne vous reste plus qu’à poursuivre sur votre lancée !

Par contre, si votre existence s’est construite selon un scénario perdant ou un scénario non gagnant/non perdant, sachez qu’il n’est jamais trop tard pour décider de revoir le script de votre vie. Vous pouvez trouver et ouvrir la porte de votre enclos et partir à la découverte de nouveaux horizons. Nous verrons dans le prochain article comment on peut transformer le côté négatif des injonctions parentales qui vous engluent et récupérer tout ce qu’il y a de positif dans les règles de vie qui vous ont été inculquées. Ce n’est pas forcément un chemin facile, mais c’est celui de la liberté d’entreprendre et de réussir.

Partager l'article :
  •  
  •   
  •   
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Laisser un commentaire

Fermer le menu