Autoentrepreneur ou salarié | Quel statut choisir ?

Autoentrepreneur ou salarié | Quel statut choisir ?

Vous avez décidé de faire une reconversion professionnelle et vous avez très envie de vous lancer en tant qu’indépendant et de choisir le statut d’autoentrepreneur.

Vous voulez voler de vos propres ailes et avoir une rémunération qui correspond enfin à votre mérite. C’est une excellente motivation, mais ce choix demande d’être mûrement réfléchi.

Pour vous permettre d’y voir plus clair, faisons le tour des avantages et des inconvénients du statut de salarié versus celui de travailleur indépendant.

Choisir le statut d’autoentrepreneur après une reconversion professionnelle

Choisir entre salarié et autoentrepreneur

Si rien que l’idée de continuer d’être sous la coupe quotidienne d’une hiérarchie vous hérisse le poil, devenir autoentrepreneur vous offrira la liberté.

Théoriquement, en tant qu’indépendant, vous aurez la possibilité de fixer vos horaires et les dates de vos congés. Vous pourrez également choisir vos clients. Mais n’oubliez pas que cette liberté est parfois très illusoire.

Beaucoup d’autoentrepreneurs avouent effectuer plus d’heures que lorsqu’ils étaient salariés. Ils ajoutent toutefois que le plaisir de travailler pour soi compense le temps passé pour leur activité. Ils hésitent à prendre des congés et ont tendance à les repousser tout au moins pendant les deux ou trois premières années, de peur de perdre de potentielles commandes. Être un travailleur indépendant, c’est aussi accepter de renoncer à une rémunération mensuelle fixe et à tous les avantages du salariat. Je sais que vous allez me dire que vous étiez sous-payé par rapport à vos compétences et que vous avez décidé de vous reconvertir professionnellement pour que vos revenus soient enfin à la hauteur de votre mérite.

Si vous êtes bien formé, que vous aimez votre nouveau métier et que vous n’hésitez pas à continuer à vous perfectionner, vous avez toutes les chances de réussir plus rapidement qu’en étant salarié. Vos clients jugeront de la qualité de votre travail et ne s’intéresseront pas particulièrement à vos années d’expérience. Ils prendront en considération le montant de vos prestations et vous passeront une commande sur la base d’un devis et pas de votre curriculum vitae.

Cependant, il y a un point que vous ne devez jamais négliger : c’est celui du démarchage. À moins d’avoir choisi une activité dont les besoins sont tels que les prospects sont plus nombreux que les professionnels ou d’ouvrir un commerce dans un emplacement n° 1, vous serez obligé de rechercher des clients.

C’est là le point le plus épineux pour le travailleur indépendant. Il doit être un homme ou une femme-orchestre. Capable de tout mener de front : la prospection, la réalisation de la tâche, la comptabilité… Et la liste n’est pas exhaustive. Être son propre patron demande une organisation hors pair.

Si le statut d’indépendant vous tente, n’hésitez pas à consulter le site de l’autoentrepreneur.

Choisir le statut de salarié après une reconversion professionnelle

Choisir le salariat

Si vous décidez d’opter pour le statut de salarié après une reconversion professionnelle et donc de rechercher un poste au sein d’une entreprise, vous risquez de démarrer au bas de l’échelle. Votre futur employeur va tenir compte de vos années d’expérience dans votre nouvelle activité. Vous serez alors considéré comme un « junior » avec le salaire et les responsabilités qui accompagnent le statut de débutant.

Ce cas de figure est inévitable lorsque l’on fait le choix de se reconvertir professionnellement dans une branche totalement différente du métier que l’on exerçait jusqu’alors.

Vous courrez le risque de vous retrouver sous la coupe d’un chef de service nettement plus jeune que vous. Vous devez réfléchir à cette situation et vous demander dans quelle mesure vous êtes prêt à le supporter.

Par contre, si votre reconversion fait appel à des connaissances que vous avez déjà utilisées dans votre précédente profession, le schéma est tout autre. Vous aurez alors un portfolio de compétences bien garni associé à un savoir-faire et un savoir-être acquis pendant votre précédente carrière.

Enfin, l’avantage d’exercer votre nouvelle activité avec le statut de salarié est que vous garderez une sécurité financière, des droits au chômage en cas de perte de votre emploi, des cotisations régulières pour votre retraite… et cela ne vous empêchera pas de tenter votre chance en tant qu’indépendant après quelques années de salariat dans votre nouvelle profession.

Finalement… autoentrepreneur ou salarié ?

Aucun de ces deux statuts n’est parfait. Votre choix doit être guidé par votre appétence au risque, votre situation familiale et vos engagements financiers.

De la même manière que l’argent déposé sur un compte d’épargne et celui placé en bourse ne rapporte pas les mêmes intérêts, se lancer dans l’entrepreneuriat est une belle aventure, mais qui n’est pas sans danger.

N’oubliez pas que l’on ne décide pas du jour au lendemain de gravir l’Everest, alors que notre site d’entraînement n’a pas dépassé les rochers de la forêt de Fontainebleau. Si vous optez pour le statut d’autoentrepreneur, vous devez bien préparer votre aventure.

Une troisième solution s’offre à vous : le portage salarial

Une bonne solution qui vous permettra de concilier votre désir d’indépendance et la sécurité du salariat. Pour en savoir plus, c’est par ici.

En conclusion, je vous conseille de garder la tête froide et de ne pas vous précipiter. Avant de prendre votre décision, prenez le temps de vous informer sur toutes les possibilités qui vous sont offertes. À présent, la balle est dans votre camp. Mesurez objectivement les risques et n’oubliez pas de ménager vos arrières.

Cet article a 2 commentaires

  1. Марк

    Здравствуйте! Вы непременно затронули в высшей степени значительную, нынче, тему. Будут ли также заметки к добавленью, к выше обозначенной?

    1. Michèle DAVID

      Спасибо за ваш комментарий. Скоро будут опубликованы другие статьи.

Laisser un commentaire